Comment Metro Chaîne D’Approvisionnement contribue à la transition vers l’adoption de flottes électriques

March 24, 2022
EV Fleet

Par Martin Graham, Président du groupe, Metro Chaîne D’Approvisionnement

Il peut sembler que nous ayons un long chemin à parcourir avant 2050, date à laquelle le Canada a déclaré qu’il réduirait ses émissions de carbone à zéro, mais nous y serons avant même de nous en rendre compte. La complexité de la transition vers une économie entièrement verte est considérable – surtout pour le secteur des transports, qui est l’un des plus grands émetteurs de carbone de la planète. Nous devons commencer à réduire les émissions de gaz à effet de serre avant qu’il ne soit trop tard.

Dans notre récent livre blanc, Vers l’électrification des flottes, nous soulignons que le secteur de la logistique a certainement beaucoup à faire : une étude réalisée en 2019 par le CDP, une organisation à but non lucratif qui gère un système mondial de divulgation pour aider les investisseurs, les entreprises et les gouvernements à gérer leurs impacts environnementaux, a révélé que les émissions de la chaîne d’approvisionnement sont 5,5 fois plus élevées que les émissions directes des entreprises. Au Canada, en particulier, le transport est responsable d’au moins 25% des émissions globales de gaz à effet de serre du pays, les sources de fret représentant près de la moitié (42%) des émissions totales du transport. Cette part ne cesse d’augmenter, notamment en raison de l’essor du commerce électronique qui accroît la demande de transport sur le dernier kilomètre et sur de longues distances. Selon eMarketer, le commerce électronique devrait atteindre 7,3 billions de dollars d’ici 2025, contre 4,9 billions de dollars en 2021, ce qui signifie une augmentation continue du nombre de camions sur les routes. Il n’est donc pas étonnant que les émissions du transport de marchandises devraient dépasser celles des véhicules de tourisme au Canada d’ici 2030.

La seule façon pour les entreprises de satisfaire la demande croissante de leurs services et de réduire les émissions de gaz à effet de serre est d’utiliser des véhicules électriques (VE). Malheureusement, l’adoption des VE, en général, a été lente puisque seulement 4,6% de tous les véhicules du pays sont des VE. Plusieurs facteurs ont également pesé contre la décarbonisation de l’industrie du transport au Canada. Premièrement, il n’existe pas de politique nationale officielle sur les véhicules à émissions nulles pour le transport de marchandises, que ce soit dans le secteur du transport lourd ou pour les livraisons du dernier kilomètre. Deuxièmement, les seuls rabais offerts aux acheteurs de camions électriques de poids moyen et lourd se situent au niveau provincial (au Québec et en Colombie-Britannique).

Dans le même temps, le nombre de camions électriques disponibles sur le marché – tous segments confondus – est faible et les coûts initiaux sont élevés, tandis que la technologie des batteries n’est pas encore en mesure de fournir l’autonomie dont les entreprises de transport de marchandises sur longue distance ont besoin.

Heureusement, les choses s’améliorent. Lors des dernières élections fédérales, l’électrification des transports a reçu un soutien massif de la part de l’ensemble de la population, tandis que le gouvernement souhaite que tous les camions moyens et lourds, dans la mesure du possible, ne produisent aucune émission d’ici 2040. Le gouvernement a également déclaré qu’il investirait 200 millions de dollars dans un programme de modernisation des gros camions déjà en circulation. S’il donne suite à tous ces plans, le Canada rivalisera avec la Californie pour le calendrier le plus ambitieux en matière de transition des véhicules commerciaux.

Développement de nos capacités en véhicules électriques

Alors que Metro Chaîne D’Approvisionnement pourrait attendre de voir si d’autres incitations financières sont offertes ou si de nouvelles initiatives gouvernementales facilitent l’adoption des VE, nous avons choisi d’aller de l’avant. En octobre 2019, nous avons adopté de façon précoce des VE via l’acquisition d’une entreprise de livraison du dernier kilomètre qui, à l’époque, était l’une des deux seules opérations logistiques à disposer de véhicules électriques de classe 5. Au début de 2021, nous avons acheté six véhicules électriques lourds de classe 6, et nous envisageons d’en acheter d’autres d’ici la fin de 2022. Nous avons également construit deux stations de recharge dans les entrepôts de Vancouver et de Montréal. Nos investissements dans les infrastructures et les véhicules électriques ne feront qu’augmenter à partir de maintenant.

Si nous prenons des mesures maintenant, c’est en partie parce que c’est la bonne chose à faire – et nous ne voulons pas avoir à rattraper un jour le temps perdu. Mais c’est aussi quelque chose que nos clients et leurs clients veulent. En décembre 2021, nous avons annoncé un partenariat avec IKEA pour offrir une livraison à domicile zéro émission à Vancouver et à Montréal. IKEA, qui a fait de la durabilité un axe central de son entreprise, travaille avec des opérateurs de chaîne d’approvisionnement et de logistique comme les nôtres qui s’engagent à réduire les émissions par l’électrification de leur flotte.

Tout le monde devrait commencer sa transition vers les véhicules électriques. Ce n’est pas seulement bon pour l’environnement, mais aussi pour les affaires. Les clients sont prêts à payer un supplément pour un transport et une distribution de marchandises sans émissions. Et, à tout le moins, ils cherchent à dépenser leur argent auprès d’entreprises qui ont des capacités en matière de VE, ce qui signifie que ceux qui n’entament pas ce processus maintenant seront bientôt laissés pour compte.

Bien sûr, décider d’aller dans cette direction comporte des risques, mais c’est le bon choix. Au fur et à mesure que l’adoption augmente dans l’ensemble du secteur, que l’infrastructure s’étend et que la technologie progresse, les coûts du transport à émissions nulles ne feront que diminuer. Grâce au soutien continu (et dans certains cas étendu) des pouvoirs publics et à la demande croissante des clients, la question n’est pas de savoir si nous atteindrons le niveau zéro de carbone, mais dans combien de temps nous y parviendrons.

Lisez notre nouveau livre blanc pour en savoir plus sur ce que nous faisons dans ce domaine et sur la façon dont d’autres exploitants de flottes peuvent s’électrifier.

Metro Supply Chain

À propos de metro chaîne d’approvisionnement

Basé au Canada, metro chaîne d’approvisionnement crée et fournit des solutions de chaîne d’approvisionnement qui aident certaines des plus grandes et plus célèbres marques à améliorer leurs activités. Depuis plus de 40 ans, le groupe a pris de l’envergure avec plus de 80 sites et 6 000 employés en Amérique du Nord et en Europe. L’échelle, les capacités et la structure entrepreneuriale de Metro Supply Chain lui permettent de répondre aux besoins de chaîne d’approvisionnement les plus complexes de ses clients, y compris la création de réseaux de traitement des commandes et de livraison au « dernier kilomètre » pour le commerce électronique.